Shopping

Panama Papers : Des mesures plus strictes pour contrôler le flux financier préconise Transparency Mauritius

Dessin panama papers

Dix-huit mois après les Panama Papers, c’est au tour des Paradise Papers cette fois de citer Maurice comme étant un paradis fiscal. En effet, comme on vous l’a annoncé hier, ce document dévoile qu’un homme d’affaires congolais, Jean-Claude Bastos, aurait caché à la Financial Services Commission ses déboires avec la justice suisse pour opérer une branche de sa société, Quantum Global, à Maurice.

De telles révélations peuvent entacher la crédibilité de nos services financiers d’où la nécessité, selon Transparency Mauritius, de renforcer les contrôles. Plus de précisions avec Rajen Bablee, son directeur.

Comme tout outil, certains utilisent à mal ce secteur pour des délits criminels. Rajen Bablee cite en exemple le blanchiment d’argent.

On a tenté d’avoir une réaction du ministre de la Bonne gouvernance, Sudhir Sesungkur après les révélations de ce document, mais ce dernier est resté injoignable. 

CommentsAdd a comment

shopping

FacebookTwitterYoutube