Shopping

Le magnésium, un remède antifatigue ?

Alors qu’on leur prête de nombreuses vertus, les compléments alimentaires à base de magnésium n’ont pas fait preuve de leur efficacité.

Magnésium, le sel antifatigue? On pourrait le penser, tant la cure de cet oligoélément est souvent prescrite en cas de baisse de forme. Mais la réalité est plus complexe. À l’image des effets de la molécule magnésium dans le corps humain: elle participe à plus de 300 réactions biochimiques au cœur de nos cellules!

Agissant en étroite association avec d’autres minéraux comme le sodium, le potassium et le calcium, le magnésium est majoritairement présent dans les os (67 %). On le trouve également dans les muscles (20 %) et dans d’autres tissus mous de notre corps, où il est essentiel: il contribue notamment à la transmission nerveuse et à la relaxation musculaire après la contraction. Mais de là à parier sur l’effet coup de fouet en cas de fatigue, il y a un pas que les autorités sanitaires se refusent à franchir…

Faire la différence entre déficit et carence

L’idée de se supplémenter vient d’un constat: au vu de plusieurs études, dont la vaste enquête SU.VI.MAX, nombreux sont les Français qui ne consomment pas suffisamment de magnésium dans leur alimentation: les apports inférieurs aux quantités recommandées concernent 75 % d’entre nous. Mais comme le souligne le Pr Serge Hercberg, directeur de recherche à l’Inserm qui a lancé l’étude SU.VI.MAX, il faut faire la différence entre un déficit et une carence, la seule à montrer de véritables effets cliniques potentiellement graves. Or s’agissant du magnésium, il est difficile de faire la part des choses.

Car, à l’inverse d’autres minéraux comme le fer ou le calcium, son taux dans le plasma sanguin ne reflète pas l’état des réserves qui, pour l’essentiel, sont stockées à l’intérieur de nos cellules. De fait, les véritables carences viennent plutôt d’une élimination excessive dans les urines en raison de maladies perturbant son absorption intestinale, de la prise de certains médicaments (diurétiques, antibiotiques, anticancéreux) ou encore d’une trop grande consommation d’alcool. Et ce n’est pas tout…

Comme nombre d’autres nutriments commercialisés en tant que compléments alimentaires, le magnésium n’a pas fait la preuve de son efficacité. Outre son côté antifatigue, on lui prête de nombreuses vertus: il pourrait aider à prévenir les maladies cardiovasculaires, à lutter contre l’anxiété, le stress, les migraines, l’asthme, le diabète ou l’ostéoporose, les crampes et les douleurs musculaires…

Au total, à ce jour, près de 900 articles scientifiques ont exploré les bénéfices potentiels d’une supplémentation en magnésium. Mais ces études sont souvent contradictoires les unes des autres. Ainsi, quand certaines recherches tendent à montrer que le magnésium améliore les performances sportives, on en trouve autant qui affirment le contraire.

Dans ses recommandations nutritionnelles, le site de l’assurance maladie invite à la plus grande prudence et douche les enthousiasmes: «les vitamines, oligoéléments et acides aminés, ainsi que le magnésium, ont un intérêt certain en cas de carence avérée uniquement. Ils sont parfois utilisés comme traitement d’appoint de l’asthénie, mais leur efficacité contre la fatigue n’a pas été évaluée».

 

CommentsAdd a comment

shopping

FacebookTwitterYoutube